COVID – article informatif à l’attention de la population

ligne
  • Le premier réflexe à avoir si une personne pense avoir été infectée, c’est d’appeler son médecin traitant. Ce dernier dispose non seulement des compétences professionnelles permettant de poser un diagnostic, mais également des moyens techniques nécessaires pour effectuer un test naso-pharyngé ou antigénique.
  • Les personnes souffrant d’autres pathologies doivent continuer à consulter leur médecin traitant. Tous les cabinets du canton sont organisés de manière à assurer la sécurité des patients qu’ils accueillent. Lors de la première vague – et plusieurs semaines après -, il a été constaté une dégradation importante de l’état de santé de certains patients qui avaient renoncé à consulter de peur d’être infectés en se rendant au cabinet médical ;
  • Les personnes ayant été infectées et qui ont terminé leur quarantaine doivent demeurer vigilantes. Une deuxième infection ne peut être exclue. Dès lors, ces personnes doivent continuer à adopter les gestes barrière usuels (notamment le port du masque et le lavage très régulier des mains).

*******

A quelles conditions puis-je demander d’effectuer un test naso-pharyngé ?

Le test PCR (naso-pharyngé) est recommandé pour les personnes symptomatiques.

Les symptômes usuels sont : affection aiguë des voies respiratoires tels que toux, maux de gorge, souffle court, douleur thoracique ; fièvre ; apparition soudaine d’une anosmie et/ou agueusie (perte de l’odorat ou du goût).

Pour les personnes asymptomatiques, le test est inutile. Il peut néanmoins être recommandé :

  • dans le cadre de l’investigation d’une flambée, ordonnée par le Médecin Cantonal;
  • dès le 5ème jour après une notification de contact par l’application Swiss-Covid.

En dehors de ces critères, le test PCR n’est pas recommandé aux personnes asymptomatiques, y compris si elles sont en quarantaine.

De même, le test n’est pas effectué sur une personne ayant été en contact avec une personne tierce testée positive.

Un test négatif ne réduit pas la durée de la quarantaine.

Test rapide antigénique :

Les tests rapides antigéniques peuvent, sous certaines conditions être utilisés en complément des test PCR. Ils sont effectués pour les patients ne présentant pas de facteurs de risques sévères.

Les tests antigéniques reconnus par la Confédération détectent les infections avec une grande fiabilité dans les trois premiers jours suivant l’apparition des symptômes.

Ils ont l’avantage de pouvoir être effectués au chevet du patient et de fournir un résultat en 30 min.

Les tests rapides sont principalement destinés aux personnes symptomatiques.

En cas de résultat positif à un test rapide antigénique, les personnes concernées sont placées en isolement.

Un test rapide négatif n’a pas d’effet sur la durée de la quarantaine ou de l’isolement.

Où se faire tester ?

Test naso-pharyngé (PCR) :

  • Auprès de votre médecin traitant (appeler préalablement votre médecin pour vous assurer qu’il dispose du matériel nécessaire) ;
  • Dans un des sites de dépistage (HUG ; Clinique de Carouge; Hôpital de la Tour; Clinique des Grangettes; Centre Médical Qorpus Hirslanden aux Eaux-Vives; Clinique et Permanence d’Onex);
  • Dans certains laboratoires.

Test rapide :

  • Auprès de votre médecin traitant (cabinet médical);
  • Dans un des sites de dépistage (HUG ; Clinique de Carouge; Hôpital de la Tour; Clinique des Grangettes; Centre Médical Qorpus Hirslanden aux Eaux-Vives; Clinique et Permanence d’Onex);
  • Au centre de prélèvement 18-20 rte de Chêne ;
  • Dans certaines pharmacies.

Le Lien ci-après vous premet de prendre rendez-vous online : https://www.ge.ch/covid-19-se-proteger-proteger-autres/quand-se-faire-tester

Est-ce que le test est utile pour des enfants (moins de 12 ans)

Si un enfant de moins de 12 ans a été en contact rapproché (moins de 1,50 m, durant au moins 15 minutes) sans protection (masque), avec une personne testée positive au Covid-19, il doit se faire tester.

En tout état, l’enfant devra rester en quarantaine durant 10 jours s’il est asymptomatique. S’il est symptomatique, il devra demeurer en quarantaine au minimum 10 jours et 48 heures après la fin de tous les symptômes (même si le test s’est avéré négatif).

En revanche, selon les recommandations de l’OFSP, un enfant présentant des symptomes (rhume, maux de gorge et toux légère), qui n’a pas été en contact étroit avec une personne présentant des symptomes Covid-19, peut continuer à aller à l’école ou dans une structure d’accueil.

Cependant, s’il présente de la fièvre et/ou a de la peine à respirer, l’OFSP recommande que l’enfant reste à la maison et que ses parents contactent le pédiatre.

Le site Internet du Service de la santé, de l’enfance et de la jeunesse peut renseigner les parents sur la question.

Consignes sur la quarantaine

Si vous avez été en contact étroit avec une personne dont l’infection au nouveau Coronavirus a été confirmée en laboratoire, vous recevrez une information du Service du Médecin cantonal par SMS, puis par e-mail.

Un contact étroit signifie que vous vous êtes trouvé à proximité (moins de 1,50 m) d’une personne testée positive, pendant plus de 15 minutes, sans protection (sans masque d’hygiène ou de barrière physique comme une paroi en plastique).

Dès lors, il convient de ne pas sortir de chez soi. Si d’autres personnes vivent sous le même toit, il est recommandé de séparer les lieux de vie et/ou désinfecter régulièrement.

Observez votre état de santé (sensation de malaise ; fatigue; fièvre; sensation de fièvre; toux; mal de gorge; essoufflement; perte soudaine de l’odorat et/ou du goût).

Si des symptômes apparaissent, contacter immédiatement, par téléphone, votre médecin traitant. Un test est alors nécessaire.

Si vous n’avez pas de symptômes après 10 jours, vous pouvez mettre un terme à la quarantaine, à la date communiquée par le Service du Médecin cantonal.

Sans symptômes, un test est inutile.

Un résultat de test PCR négatif ne permet pas de mettre fin à la quarantaine.

Si vous ne recevez pas d’information du Service du Médecin cantonal, cela signifie que votre contact avec la personne malade n’a pas été considéré comme étroit. Dans ce cas, il vous appartient de vous auto-surveiller, réduire vos contacts sociaux durant 10 jours à compter du contact avec la personne malade, et vous faire tester dès l’apparition des premiers symptômes, même légers.

Certificat médical

Une personne testée positive est au bénéfice d’un arrêt de travail d’une durée de 10 jours. Elle reçoit, par ailleurs, une décision d’isolement.

Les “contacts étroits” mis en quarantaine par le service du Médecin cantonal reçoivent une décision de quarantaine. L’employeur peut exiger que la personne concernée effectue du télétravail.

La notification du service du Médecin cantonal informant une personne que son test est positif, ou qu’elle doit se mettre en quarantaine parce qu’ayant été en contact rapproché avec une personne testée positive, vaut certificat d’arrêt de travail.

En cas de poursuite des symptômes, l’arrêt de travail sera prolongé. Dans tel cas, c’est votre médecin traitant qui délivrera un nouveau certificat d’arrêt de travail.

Aucun certificat de reprise de travail n’est délivré. De même, les médecins ne sont pas habilités à délivrer un certificat de “non contagiosité”, à la demande, notamment d’un employeur.

Personnes vulnérables

Les personnes considérées comme particulièrement vulnérables sont :

  • les personnes de plus de 65 ans;
  • les femmes enceintes;
  • les adultes atteints d’une des maladies suivantes :
    • hypertension artérielle;
    • maladies cardiovasculaire
    • diabète;
    • maladie respiratoire chronique;
    • cancer;
    • maladie / traitements qui affaiblissent le système immunitaire;
    • obésité.

En l’état, il n’y a pas de mesure particulière à la charge de l’employeur concernant les personnes vulnérables.

En revanche, il appartient à l’employeur de garantir que les employés puissent respecter les recommandations en matière d’hygiène et de distance.

En règle générale, dans les espaces clos, tous les employés sont tenus de porter un masque facial sauf si la distance entre les postes de travail peut être respectée (plus de 1,50 m).

Par ailleurs, dans la mesure du possible, l’employeur respecte les recommandations de l’OFSP concernant la possibilité pour les employés de remplir leurs obligations professionnelles à domicile.